Mettre sa boîte aux lettres au régime

Je suis entrée dans la démarche Zéro Déchet par un geste symbolique : apposer sur ma boîte aux lettres un « STOP pub » (j’en parle dans cet article) et cela a bien fonctionné : j’ai réduit la quantité de publicités et autres tracts qui passaient directement de ma boîte à la poubelle papier.

stop-pub
Bon ok il est déjà temps que je le change 😉

Mais évidemment j’ai continué de recevoir factures, publicités nominatives et catalogues des marques auprès desquelles j’avais pu passer commande par le passé (pour les factures j’ai bien essayé de me désabonner, mais ça n’a pas marché).

Dire STOP

les 5 étapes du zéro déchetLa 1ère étape pour réduire ses déchets est de « Refuser« . En effet, beaucoup de ce que l’on jette (à la poubelle « noire » ou « jaune » de recyclage) nous arrive de l’extérieur (un trac dans la rue, une invitation, un bon de promotion à la caisse, un stylo lors d’un salon, etc). La 1ère attitude que nous pouvons adopter est de les refuser, autrement dit apprendre à dire « Non ».

Ce n’est pas toujours facile de savoir dire « Non », d’autant que la plupart du temps il s’agit d’un « futur déchet » qu’on vous donne ou dont on vous fait cadeau : il est fréquent que votre interlocuteur ne comprenne pas votre refus et insiste même en vous disant que c’est gratuit (ou que vous gagnerez de l’argent lors de votre prochain achat).

Ce n’est pas facile parce que nous n’avons pas l’habitude de dire « Non » par politesse. Accepter demande moins d’efforts et donne le sentiment de « bonnes relations ».

Ce n’est pas facile parce que cela demande de l’affirmation de soi.

Il a fallu que nous apprenions à nos enfants les bienfaits de refuser et de s’affirmer avec bienveillance en disant « Non ». Parfois encore moi-même je n’ose pas dire « Non » pour faire vite et ne pas me prendre la tête mais aussitôt je regrette car j’ai le sentiment de ne pas avoir été honnête avec mon interlocuteur et c’est pire que de dire « non » finalement.

Non aux catalogues de vente par correspondance

La société de consommation est ainsi faite : plus vous consommez, plus vous êtes sollicités à consommer. Nous sommes fichés, enregistrer, traqués jusque dans nos boîtes aux lettres, tout le temps.

J’ai commencé par appeler les services clients des sociétés qui m’adressaient leur catalogue, même suite à une commande minime et très ancienne. Parfois je n’avais rien commandé (mais les marques de vente à distance appartiennent souvent au même groupe). J’ai reçu un bon accueil : ma demande de ne plus recevoir de catalogues ou autres publicités a été entendue et enregistrée (cette option est déjà prévue en fait), rien de plus simple et efficace.

Non aux factures papier

J’ai aussi fait la démarche auprès de mes fournisseurs (eau, électricité, mobile …) pour dématérialiser mes factures (il n’est malheureusement pas possible de dire non à la facture en elle-même ;-)). Là aussi, la démarche est « courante » : il suffit de contacter le service clients. Seul hic dans mes démarches : malgré 2 appels à mon opérateur mobile, je continue de recevoir mes factures en version papier, les joies (et les mystères) des systèmes informatiques !

La sécurité sociale propose de créer un compte en ligne : la démarche est simple mais un peu longue (un courrier vous sera adressé avec un code provisoire, il peut prendre plusieurs semaines). Vous ne recevrez plus le décompte de vos remboursements et prises en charge par courrier ensuite.

Non aux publicités nominatives

Pour ne plus figurer sur des fichiers publicitaires et recevoir des publicités nominatives, vous pouvez « écrire à l’Union française du marketing direct & digital (UFMD). Cet organisme, qui regroupe les professionnels intervenant dans ce secteur, gère la liste Robinson-Stop publicité, qui comporte les noms des personnes ne souhaitant plus être sollicitées directement. Il transmettra vos coordonnées à ses adhérents. » L’Institut Nation de la Consommation indique sur son site l’adresse à laquelle envoyer votre demande ainsi qu’un modèle de lettre. Y’a plus qu’à !

Depuis que j’ai pris un peu de temps pour effectuer ces démarches simples ma boîte aux lettres a sacrément maigri et ma poubelle de recyclage aussi. Moins de papiers à trier, à recycler, à classer, pour ensuite les trier à nouveau de temps en temps, les jeter (certains documents ont des informations sensibles) ou les recycler : ça allège !

PS : en cherchant une illustration, je suis tombée sur cette enquête intéressante de UFC Que Choisir du Nord entre une boîte aux lettres sans « Stop Pub » ou avec. Les résultats datent de 2014, mais je trouve qu’ils sont représentatifs et permettent de prendre conscience de l’impact de nos petits pas et petits gestes.

Et vous, quand est-ce que vous mettez votre boîte aux lettres au régime ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *